Trump gèle les visas J-1

Trump gèle les visas J-1
🕒 Lecture 2 minutes

Le 22 juin dernier, le Président Donald Trump a signé un nouveau décret maintenant le gel des Green Cards et bloquant cette fois plusieurs visas, dont le J-1.

Durement touché par l’épidémie de Covid-19, les Etats-Unis ont vu leur économie subir un sérieux ralentissement et leur taux de chômage grimper en flèche.

En réponse, au cours du mois d’avril, le POTUS avait ordonné un arrêt de la délivrance des cartes vertes pour au moins 60 jours. Ce nouveau décret signé lundi 22 juin vient prolonger cette pause jusqu’au 31 décembre 2020 et inclut cette fois plusieurs types de visas.

Quels sont les visas touchés par ce décret ?

Cet ordre exécutif touche les visas suivant :

  • H-1B : utilisé majoritairement par le secteur des hautes technologies
  • H-2B : réservé aux travailleurs peu qualifiés et/ou saisonniers
  • H4 : permettant au conjoint d’un détenteur d’un visa H-1B de résider et de travailler sur le territoire américain
  • L : principalement destiné aux contrats expatriés et aux transferts inter-entreprises

Outre ces visa, le programme J-1 est également mis en pause. Les stagiaires et étudiants-chercheurs désirant vivre une expérience professionnelle aux USA devront donc attendre le début d’année 2021 pour pouvoir potentiellement vivre leur American Dream.

Selon la Maison Blanche, ce gel devrait empêcher l’arrivée de près de 525 000 travailleurs étrangers et ainsi permettre aux Américains de bénéficier de ces emplois.

Une décision contestée

Néanmoins, comme souvent lorsque l’administration Trump prend une décision, elle est loin de faire l’unanimité, et ce même du côté des Républicains.

Lindsay Graham, sénateur républicain de Caroline du Sud et d’habitude fervent supporter de Donald Trump, a qualifié cette décision de “frein pour notre reprise économique”.

Même son de cloche chez les opposants démocrates mais également chez les dirigeants des entreprises de la tech qui condamnent ce décret présidentiel. Sundar Pichai, l’actuel patron de Google n’a pas manqué de faire part de sa déception sur les réseaux sociaux et a déclaré :

“L’immigration a immensément contribué au succès économique de l’Amérique pour en faire un leader mondial dans les technologies”

Plusieurs groupements professionnels ont d’ailleurs fait part de leur intention de contester la validité du décret devant les tribunaux. Il y a donc fort à parier que les choses évolueront encore.

avatar
  Etre notifié des réponses  
Me notifier des