Tester gratuitement
mon éligibilité

au Visa J-1

Hi, How Can We Help You?

Archives de l'auteur: visaj1

février 10, 2020

Lorsque l’on part en stage à l’étranger, il y a plusieurs choses auxquelles on doit forcément penser : la procédure pour obtenir son visa J1, la recherche d’un logement sur place, le remplissage des bagages, l’assurance santé… On en oublierait presque la question du forfait téléphonique. Pourtant, un petit approfondissement sur le sujet pourrait bien simplifier votre départ et votre séjour. 

Tout ce que vous devez savoir sur les forfaits téléphoniques aux USA

Dans cet article, on vous donne les meilleures solutions pour prendre un forfait téléphonique que vous partiez à New-York, à Los Angeles, Chicago ou ailleurs aux USA.

Comparatif des opérateurs français

Vous les connaissez déjà : Orange, SFR, Free, Bouygues, chacun de ses opérateurs mobiles français proposent un pack pour l’étranger. Mais qu’en est-t’il exactement ?

Sachez tout d’abord que ces forfaits peuvent être intéressants pour vous si vous restez pour une courte période aux USA, ou tout simplement avant de souscrire à une offre américaine plus économique pour la totalité de votre séjour.

Autre avantage, vous conservez également votre numéro de téléphone français.

SFR

ORANGE

FREE

BOUYGUES TELECOM
Pack valable 7 jours 
30 minutes d’appel
30 SMS
200 Mo d’internet
Pass valable 31 jours. Appels et SMS illimités pour communiquer librement + 3 Go d’internet mobile SMS/MMS illimités vers la France métropolitaine et les États-Unis Appels illimités vers les fixes et les mobiles

Appels illimités vers les mobiles USA, Canada et Chine. 10h vers les fixes d’Algérie, et illimités vers les fixes de 120 destinations

25 € / mois  29€ / mois sans engagement  15.99 € / mois pour les abonnés Freebox 32.99 / mois avec 24 mois d’engagement 

Renseignez-vous bien avant, car le hors-forfait peut vite arriver et vous coûter cher si vous n’avez pas pris en compte toutes les conditions concernant chaque offre.

Cartographie des opérateurs Américains

Qu’on se le dise, les Etats-Unis représentent un coût assez élevé pour tous les étudiants qui souhaitent y réaliser une expérience professionnelle que ce soit en stage ou pour un emploi.

Se loger est déjà assez onéreux. Alors lorsqu’on sait qu’il faut également avoir un forfait téléphonique, le budget peut vite nous paraître serré.

Concernant les forfaits locaux, on peut se demander comment faire son choix dans l’immense jungle des compagnies téléphoniques américaines.

Pour vous aider à faire votre choix, sachez que les différents opérateurs proposent des packs, des réductions, ou encore des forfaits low cost pour une qualité de réseau différente. En fonction de vos attentes, vous trouverez sûrement celui qui conviendra au mieux.

Liste (non exhaustive) des principaux réseaux

Vous entendrez sûrement parler de l’opérateur n°1 aux USA : Verizon Wireless, cependant ce dernier reste très cher en comparant avec les différents autres. C’est notamment pour cette raison que nous nous attarderons essentiellement sur les meilleurs rapports qualité/prix.

  • T-Mobile est un opérateur qui propose des forfaits plutôt abordables pour une bonne qualité de ses services, dont une couverture réseau supérieure à plusieurs opérateurs. Concernant le contenu du forfait à 50$ mensuel, on se retrouve avec les appels et les SMS illimités, ainsi qu’1 GB d’Internet.Pour obtenir 3GB, il faudra rajouter 10$ de plus.

Son point fort réside dans le fait qu’il ne facture pas le dépassement de data, mais réduit le débit. Cette offre est d’ailleurs possible sans engagement pour 50$/mois. Pour communiquer à l’étranger depuis les USA, il faudra cependant rajouter 15$/mois pour appeler et envoyer des SMS en illimité.

  • AT&T se trouve à la deuxième place des opérateurs nationaux derrière Verizon. Il propose des offres très variées. Pour l’entrée de gamme, avec engagement, les appels, les SMS sont illimités et vous avez accès à 3GO d’internet pour 40$/mois. Vous serez ensuite facturé de 15$ pour chaque giga dépassé. Des offres sans engagement existent également. Avec un prix mensuel de 50$ par mois, l’abonnement offre 1 Gb de data.Pour 3Gb, on grimpe vite à 65$.

Son petit plus : il est possible d’appeler et d’envoyer des SMS en illimité vers 120 pays à l’international sans frais supplémentaires.

  • Sprint, est le petit dernier qui offre des forfaits sans engagement plus abordables que ses concurrents, cependant sa qualité de réseau est jugé comme médiocre par les utilisateurs. Suivant où vous vous rendez, la couverture peut être détériorée. C’est le cas particulièrement en Floride. Son prix démarre à 35$/mois pour des appels et SMS illimités ainsi qu’1GB pour surfer sur le web. Si vous souhaitez plus de datas, il suffit de passer à l’offre suivante qui coûte 45$ pour 3GB.

L’alternative aux opérateurs classiques

La carte J1 Sim

Au delà de tous ces forfaits mobiles vus précédemment, une autre solution est disponible pour tous les étudiants qui souhaiteraient maîtriser leur budget tout en profitant de services opérationnels durant leur séjour. Cela est possible avec la carte J1 SIM, une carte sans abonnement ni engagement qui te permet les avantages suivants :

  • Appels et SMS (entrants et sortants) illimités vers les USA
  • Appels et SMS (entrants et sortants) illimités vers l’international (70 pays dont la France) sur fixes et mobiles
  • Data illimitée jusqu’à 2 GB en 4G LTE
Comment appeler des USA vers la France sans trop dépenser ?
Profiter de la carte J-1 SIM qui vous permettra de séjourner aux USA sans trop dépenser

Sachez que le coût de la carte est compris dans les frais de visa j-1 ! Une aubaine pour vous. Vous pourrez ensuite la recharger facilement d’un montant de 40$/mois pour obtenir les avantages cités.

Les cartes prépayées

Lorsque vous verrez la mention “prepaid card”, ne vous affolez pas. Il s’agit simplement des offres sans engagement abordés un peu plus haut. En fait, au lieu de payer votre abonnement chaque mois, vous devrez acheter une carte SIM une première fois. Ensuite, vous aurez la possibilité de recharger à tout moment cette carte avec l’offre et le montant qui vous intéresse.

C’est notamment pratique si vous ne restez pas longtemps dans le pays ou si vous n’avez pas besoin de votre forfait téléphoniques chaque mois.

Vous avez désormais les cartes (sim) en main pour choisir le meilleur rapport qualité/prix pour votre forfait téléphonique durant votre stage aux Etats-Unis. Vous verrez ce n’est vraiment pas compliqué, une fois testée, la manipulation est adoptée !

Nora Bounegala

février 3, 2020

Tu vas déménager à l’étranger ? Que ce soit provisoire ou définitif, tu vas devoir résilier tes contrats d’électricité et gaz en France. Rassure-toi, c’est facile et cela n’engendre aucun frais. En ce qui concerne l’électricité, tu devras t’adresser à ton fournisseur, que ce soit EDF, Engie ou tout autre fournisseur alternatif. On t’explique comment procéder à la résiliation chez Engie et Eni.

Comment faire une résiliation lors d’un déménagement à l’étranger ?

Comment procéder à la résiliation chez Engie, EDF, etc. ?

Tu as souscrit un contrat d’électricité avec Engie, Enercoop ou n’importe quel autre fournisseur ? Celui-ci prévoit obligatoirement que tu puisses procéder à tout moment à la résiliation du contrat, sans frais d’annulation, si tu es un particulier. Il n’existe pas de délai imposé, tu peux même résilier le jour-même ou après ton déménagement. Sache cependant que tu paieras l’abonnement jusqu’à la date à laquelle celui-ci prend fin. En pratique, il est préférable de s’y prendre environ deux semaines avant.

Comment résilier son contrat d'électricité lors d'un départ à l'étranger ?
Avant de partir en stage aux USA, assure bien d’avoir informé ton fournisseur de ton départ

Tu as plusieurs façons de procéder pour effectuer une résiliation; chez Engie par exemple il faudra :

  • Envoyer une lettre recommandée à l’adresse TSA 42108 – 76934 Rouen Cedex 09. Cette méthode te permet de disposer d’une preuve de votre demande.
  • Envoyer une lettre simple à l’adresse ci-dessus.
  • Téléphoner au 09 69 324 324. Il s’agit d’un numéro Cristal non surtaxé. Le standard d’Engie est ouvert du lundi au samedi de 8 h à 22 h.
  • Remplir un formulaire en ligne. Connecte-toi à toi compte avec tonnuméro d’abonné. Tu recevras un e-mail de confirmation.
Comment faire des économies avant de partir à l'atranger ?
Si votre logement est équipé d’un compteur électrique classique, pensez à effectuer un relevé de consommation avant de rendre définitivement les clés

Le numéro vert Eni, ekWateur et autres pour résilier son contrat d’électricité ?

Chez certains fournisseurs, il existe un numéro gratuit pour contacter le service client. Par exemple, on peut profiter d’un numéro vert Eni : 0 800 47 33 33. Rappelons que les appels passés vers les numéros verts sont gratuits sur l’ensemble du territoire en toutes circonstances. Toutefois ce numéro est bien souvent destiné à traiter les demandes de dépannage.

Toujours en exemple, il est donc préférable d’utiliser le numéro 0 970 820 320 pour faire sa demande de résiliation chez Eni. Résilier reste gratuit, mais là la communication te sera facturée le prix d’un appel local. Selon ton abonnement téléphonique, il est possible que cet appel soit inclus dans ton forfait.

Il t’est également possible de résilier ton abonnement par Internet ou par courrier si cela te coûte moins cher depuis l’étranger. En règle générale, il est conseillé de faire sa demande au moins trois semaines à l’avance, mais ce n’est pas une obligation.

Que va-t-il se passer après mon déménagement pour l’étranger ?

Nous l’avons vu, résilier son électricité en France est simple et n’engendre aucun frais (si ce n’est le paiement de la consommation en cours). Si tu es équipé d’un compteur Linky, Enedis va pouvoir procéder au relevé à distance dès que tu auras signifié ta sortie effective du logement. Avec un compteur de modèle ancien, tu rempliras et enverras la fiche qui t’aura été remise ou communiquerez les chiffres par téléphone. Enedis transmettra ensuite le relevé du compteur à ton fournisseur d’électricité, qui établira la facture finale.

Comment faire des économies avant de partir à l'atranger ?
Si votre logement est équipé d’un compteur électrique classique, pensez à effectuer un relevé de consommation avant de rendre définitivement les clés

Si tu as l’habitude de régler par prélèvement automatique, pense à laisser une provision suffisante sur ton compte bancaire français. Pour les prestations payées d’avance, ton fournisseur te remboursera le trop-perçu éventuel.

Pour plus d’informations, tu peux consulter ce site.

janvier 30, 2020
janvier 30, 2020

Avec la beauté et la diversité de ses paysages, ses musées de qualité, ses activités en plein-air et ses nombreux parcs à thème, la Caroline du Nord ne manque pas de ressources. Pourtant cet état est loin d’être le plus connu des touristes français. Et pourquoi ne profiterais-tu pas de ton stage aux Etats-Unis pour explorer North Carolina ? Nous t’en disons un peu plus dans cet article.

5 lieux à visiter en Caroline du Nord

#1 Domaine Biltmore

Plus haut, nous mentionnions les atouts naturels de l’Etat, mais la Caroline du Nord abrite également des monuments qui valent le détour ! C’est par exemple le cas du Domaine Biltmore qui demeure la plus grande résidence privée du pays.

Que visiter en Caroline du Nord ?
Ouvert au public en 1956, le château de Biltmore attire chaque année environ 1 million de visiteurs

C’est l’une des attractions incontournables à faire lors d’un séjour en Caroline du Nord. Situé près d’Asheville sur un terrain de plus de 32 kilomètres carrés, ce château dispose de 250 chambres et d’une impressionnante collection d’œuvres d’art composée de tableaux de maîtres et de pièces littéraires rares. Inspiré du château de Blois, le bâtiment est la propriété de l’importante famille Vanderbilt depuis 1895, date de la fin des travaux. 

#2 Parc naturel de Chimney Rock

La nature omniprésente en Caroline du Nord est un énorme atout pour la région et le parc d’Etat de Chimney Rock en est une illustration. Étendu sur 4,03 kilomètres carrés, tu y trouveras de très belles randonnées sur une grande variété de sentiers, passant devant des cascades et des paysages à couper le souffle !

Ce parc est surtout réputé pour son monolithe haut de 96 mètres : le Chimney Rock. Ceux qui n’auront pas le courage de monter à pieds pourront le faire grâce à un ascenseur !

#3 USS North Carolina

Le port de Wilmigton abrite un des vestiges de la Seconde Guerre Mondiale, l’USS North Carolina. Ce navire fut un des premiers à rejoindre la flotte américaine lors de la Bataille du Pacifique, en avril 1942. Aujourd’hui transformé en navire musée, les touristes de Caroline du Nord et de tout le pays ont la possibilité de venir le visiter et d’en apprendre d’avantage sur la vie à bord d’un bateau de guerre. Une expérience forte et enrichissante, notamment grâce au très bon état de conservation du vaisseau. 

Pense à vérifier les horaires d’ouverture du musée avant de t’y rendre.

#4 Grandfather Mountain

Retournons à présent en pleine nature afin d’admirer la Grandfather Mountain. Culminant à 1812 mètres d’altitude, elle propose de multiples choix de promenades ! Proposant d’incroyables panoramas sur la nature environnante, ces sentiers te donneront un bon aperçu de la faune et la flore locale. N’oublie pas de prévoir un passage sur le Mile High Swinging Bridge, un pont suspendu qui offre une vue à 360 degrés !

La Grandfather Mountain est le point culminant des Blue Ridge Mountains, une chaîne de montagnes des Appalaches

#5 Gorges de Linville

On termine notre escale en Caroline du Nord par les gorges Linville. Connues sous le nom de “Grand Canyon de l’Est“, elles font partie des plus belles et profondes gorges des USA. Cette zone sauvage doit son nom à la rivière qui la traverse et les cascades présentes au début des gorges, les Linville Falls, sont parmi  les plus photographiées de l’Etat !

Les sentiers de randonnée sont relativement accessibles alors n’hésite pas à faire un détour par ce lieu enchanteur !

Partir à l’aventure tout en restant urbanisé

Découvrir la capitale Raleigh

Raleigh est la capitale de l’État de Caroline du Nord et la deuxième ville la plus importante. Surnommée la “ville des chênes” elle se situe au centre-nord, à environ 100 kilomètre de la Virginie. 

Visiter la capitale de Caroline Du Nord ?
Raleigh est une des villes du pays dont la population grandit la plus vite. Son dynamisme en fait une destination parfaite pour ton stage aux USA.

La ville a été nommée en l’honneur de sir Walter Raleigh, fondateur de la première colonie britannique permanente sur le territoire nord-américain : Roanoke.

Il y a de nombreuses choses que vous pouvez faire dans cette ville :

  • Visiter le Musée des sciences naturelles
  • Profiter des attractions à Pullen Park 
  • Se balader sur le Neuse River Trail

Petit tour à Asheville

Asheville est une ville débordante d’énergie, tu auras de quoi passer du bon temps dans l’ouest de l’Etat de Caroline du Nord. Ce sera l’occasion de te balader dans des ruelles ornées de monuments artistiques.

Une énergie particulière règne dans cette ville réputée branchée au paysage spectaculaire de part les montagnes Blue Ridge qui l’entourent.

Visite historique à Charlotte

La “Queen City” américaine est historiquement connue car elle porte le nom de la reine Charlotte, épouse du roi George III du Royaume-Uni. Tu pourras y visiter le Levine Museum of the New South qui traite de la vie en Caroline du Nord après la guerre civile.

Quelle activité sportive faire lors d'un voyage à Charlotte ?
La ville de Charlotte est connue à l’international grâce à son équipe de NBA : les Hornets

 D’autres lieux à découvrir à Charlotte :

  • La bibliothèque ImaginOn: The Joe & Joan Martin Center (surtout pour les enfants)
  • Le musée Wells Fargo Museum (autour de la ruée vers l’or)
  • Le musée Bechtler Museum of Modern Art
octobre 31, 2019
octobre 31, 2019

Suivez nos conseils pour trouver un stage aux Etats-Unis. L’agence Visa J-1 a d’abord compilé pour vous de nombreuses ressources pour vous aider dans cette démarche. Ensuite, ne manquez pas nos listes thématiques de sites web dédiés aux stages aux usa. Nos conseils sont aussi orientés en fonction des critères d’éligibilité du visa J-1.

Rédiger son CV en anglais

Ou «Resume» en anglais. Vous pouvez également consulter le site http://www.internships.com/student/resources/paperwork. Vous y trouverez des modèles, mais surtout des conseils pour évaluer votre CV.

Vous pouvez également ajouter le lien vers la page en anglais de votre école qui décrit le contenu de vos diplômes. Cela permettra aussi à l’employeur de mieux voir vos compétences. Notez aussi que certaines appellations comme “Master Grande Ecole” n’a pas de sens en anglais.

Anglais et traduction

Pensez aussi à faire relire votre CV et vos e-mails avant de les envoyer.  En effet, les traductions bancales et les erreurs de grammaire empêcheront votre candidature d’aboutir. Running English sur un CV a de quoi faire fuir un employeur !

Utiliser les réseaux sociaux professionnels

Vous avez sans doute déjà créé votre profil sur Viadeo, mais avez-vous pensé à LinkedIn ?
En effet, LinkedIn est LE réseau professionnel de référence dans les pays anglophones (et ailleurs). Vous pouvez notamment créer des profils en plusieurs langues.

Pour créer et optimiser votre profil LinkedIn, nous vous invitons à consulter ces sites :

Sur votre profil LinkedIn, vous pouvez aussi faire une recherche d’offres de stage par mot-clé à partir du menu Annonces.

Faites le ménage sur vos comptes Facebook, Instagram, etc… vous devez aussi changer vos pseudos Skype et votre adresse email. louloudu93@hotmail.fr n’est pas très professionnel !

Trouver un stage sur internet

Votre recherche, c’est plutôt :
stage usa

ou

Stage aux usa sur google anglais

Vous voyez la différence ?
A votre avis, quelle recherche aura le plus de réponses pertinentes ?

En effet, pour toute recherche de stage à l’étranger, utilisez un moteur de recherche basé sur la langue du pays.

Pensez SEO ! Votre recherche doit comporter des mots-clés pertinents :
“Je recherche un stage rémunéré en marketing à New York.”

ou

paid internship marketing new york

Vous trouverez également ci-dessous une liste de sites généralistes ou spécialisés qui vous aideront à partir en stage.

Sites majeurs :

Sites généralistes

Architecture

Comptabilité/Finance

Hôtellerie & Tourisme

Informatique

Ingénierie

Management des ONG

Media, Communication & Administration

Stage aux USA : le contact avec l’entreprise

Premièrement, avant de contacter une entreprise américaine, nous vous conseillons de vérifier certaines informations :

  • Sur le site internet de l’entreprise, le menu ABOUT peut vous renseigner sur la taille de l’entreprise (CA et nombre d’employés par exemple), sa localisation et son implantation (dans quelle(s) ville(s), combien de bureaux aux USA ?).
  • Indiquez aussi l’adresse de l’entreprise sur Google Maps et regardez son environnement.
  • De même, consultez le registre des entreprises (par Etat) sur http://www.secstates.com/.  En effet, cela vous permettra de savoir la date de création, le statut juridique de l’entreprise et sa conformité à la loi, etc.

Prendre contact (email de motivation)

Certaines entreprises publient leur organigramme en ligne, sinon utilisez LinkedIn pour trouver un membre du personnel. Dans les grands groupes, le personnel RH a des intitulés de postes comme “Recruitment and Talent Acquisition”. Utilisez ces mots-clés sur LinkedIn en ajoutant le nom de l’entreprise :

“Je recherche un contact chez Google.” → talent acquisition google

La plupart des annonces en ligne vous permettent aussi de postuler directement.
Dans votre e-mail, vous devez à la fois montrer vos compétences et votre motivation, mais aussi rassurer le recruteur.

Ce que vous devez anticiper les réponses à ses questions :

  • Why are you applying ? Première question, pourquoi voulez-vous faire un stage dans cette entreprise ? Premièrement, étudiez bien le site internet de l’entreprise, repérez les mots clés qui caractérisent l’esprit de la compagnie sur la page « About us ». Vous pourrez ensuite les faire apparaître dans vos centres d’intérêts.
  • What can you do for us ? Ensuite, quelles sont vos compétences ? (faire une liste par domaine)
  • What kind of person are you ? What makes you special ?
  • Can we afford you ? Si le stage est rémunéré, mais que l’offre ne précise pas la gratification, demandez le montant. Sinon, attendez l’entretien pour négocier.
  • Will you be here legally ? Aussi, pour le Visa J-1, c’est vous qui prenez en charge tous les frais. Vous arrivez aux USA avec votre propre assurance santé, accident, rapatriement et responsabilité civile. Aussi, par rapport à la rémunération, l’employeur est dispensé de 3 taxes pour la rémunération des stagiaires J-1 : Medicare, Social Security (FICA) and Federal Unemployment Taxes (FUTA). Indiquez également tous ces éléments dans dans votre email.
  • When can you start and how long can you stay ? En outre, le délai de procédure pour obtenir le visa est en moyenne de 4 à 5 semaines. Indiquez-le aussi à votre employeur.

(adapté de What Color is Your Parachute, Richard N. Bolles)

Relancer l’entreprise

Vous n’avez pas eu de réponse ?

  • Premièrement, avez-vous vérifié votre anglais dans le CV et l’email de motivation ?
  • Deuxièmement, êtes-vous sûr que c’est le bon contact ? Avez-vous également réalisé un petit organigramme de l’entreprise à partir du site web ou de LinkedIn ?
  • Et finalement, avez-vous été suffisamment explicite dans votre formulation ? Les Américains aiment la courtoisie, mais ils aiment aussi que l’on soit direct.

Aussi, dans votre relance, essayez d’ajouter de l’information nouvelle. Bien sûr vous pouvez transférer votre ancien message, mais la mention « see below » sera insuffisante.

Alors, que pouvez-vous dire de plus sur l’entreprise/sur vous qui va déclencher une réponse de la part du recruteur ?

Préparer l’entretien

Ça y est ! Vous avez le bon interlocuteur pour votre stage aux Etats-Unis et il souhaite vous faire passer un entretien (en général en visio). D’abord s’il connaît déjà le programme J-1, ça sera plus facile. Sinon, rappelez-lui les avantages.

Pensez à aborder ces points importants :

  • D’abord les dates de début et de fin (attention comptez 6 semaines pour établir le visa J-1)
  • Ensuite, les missions (qui doivent aussi correspondre à votre formation)
  • Puis, les coordonnées précises du maître de stage
  • La rémunération
  • Également quelques contacts d’anciens stagiaires français
  • Aussi, des conseils pour le logement et déplacements (transports en commun)
  • Enfin , l’éligibilité visa (voir ci-dessous)

Pour une préparation optimale : http://www.internships.com/student/resources/interview/prep

Obtenir le Visa J-1 pour son stage aux usa

Il est aussi très difficile d’évaluer précisément l’éligibilité d’une entreprise sans avoir tous les documents de la procédure de visa. Aussi, une question essentielle, pour débuter votre rêve américain, est la taille de l’entreprise.

  • Nombre d’employés sur le lieu de stage : D’abord et avant toute chose, en dessous de 5 employés, demandez-vous si l’entreprise a vraiment les ressources pour vous accueillir en stage (personnel, espace de travail, temps de formation…)
  • Critères d’éligibilité : D’abord, lisez attentivement notre page sur l’éligibilité au visa J-1.

Le visa J-1 : une procédure complexe

Finalement, quand vous aurez trouver un stage aux usa, vérifiez gratuitement l’éligibilité de votre stage au visa J-1 avec notre test en ligne. Notre équipe spécialisée vous répondra sous 24 heures.

Test éligibilité en ligne

Toute notre équipe reste à votre disposition.
Bon courage et bonne recherche !

octobre 17, 2019
octobre 17, 2019

Après avoir décroché le stage de rêve aux Etats-Unis, l’ultime étape avant de pouvoir embarquer consiste à obtenir son visa J-1. Ce document obligatoire pour pouvoir séjourner en Amérique exige un profil éligible, la recherche d’un sponsor et la validation par l’ambassade américaine de Paris. Explications.

Visa J-1, qu’est-ce c’est ?

Un document indispensable

Pour les novices qui le confondent avec le titre de séjour ou le passeport, le visa est d’abord un document qui permet à une personne – qu’elle vienne dans un but universitaire, professionnelle ou touristique – de séjourner dans un pays.

Pour les Etats-Unis, il existe plus de 80 visas temporaires différents en fonction du pays d’où l’on vient, de son statut ou des raisons qui poussent à fouler le sol américain. C’est tout purement une exigence de l’Etat américain.

« Ceux qui arrivent aux Etats-Unis en n’ayant pas le type de visa correct risquent de se voir refuser l’entrée…»

précise Lindsay Coffey, officier consulaire, dans une lettre émanant de l’ambassade des Etats-Unis à Paris. Et d’ajouter le risque « d’être renvoyés immédiatement dans leur pays d’origine » sans ce document irremplaçable.

Le sésame pour une expérience professionnelle aux USA

Le visa J-1, quant à lui, a été créé en 1961. Il s’adresse uniquement à ceux qui souhaite faire un stage, un job d’été ou un Volontariat International en Entreprise. C’est donc sur ledit visa que tu devras te focaliser pour partir en stage dans le pays de l’oncle Sam.

Il en existe trois types :

  • le visa J-1 Intern
  • le visa J-1 Trainee
  • le visa J-1 Work and travel. Ce dernier correspond aux possibilités d’effectuer un job d’été aux Etats-Unis.

Important : les délais sont relativement longs. Il faut compter six à huit semaines au minimum pour décrocher son visa avant de débuter son stage.

Quels sont les critères d’éligibilité ?

Malgré son caractère indispensable, tout étudiant ne peut pas bénéficier du visa J-1 Intern ou du visa J-1 Trainee.

Comment obtenir un visa J-1 Intern ?

Ce premier visa autorise les étudiants du supérieur, après le baccalauréat, encore en études ou tout juste diplômé depuis moins d’un an à effectuer un stage aux Etats-Unis. Contrairement au visa J-1 Trainee (voir ci-dessous), il n’est pas nécessaire de justifier d’une expérience professionnelle. La durée maximale d’un stage avec le visa J-1 Intern est de douze mois.

Comment obtenir un visa J-1 Trainee ?

Le visa J-1 Trainee, lui, s’adresse plus particulièrement aux personnes diplômées depuis plus d’un an et qui peuvent justifier de cette fameuse année d’expérience professionnelle dans le même domaine.

Les non-diplômés ne sont pas mis sur la touche pour autant. Mais, les candidats doivent prouver cinq années d’expérience professionnelle, toujours en rapport avec le domaine dans lequel il évolue. Le visa J-1 Trainee peut couvrir une période dix-huit mois maximum.

A la suite de ton inscription sur Visa J1, la première étape consiste à tester ton éligibilité et savoir si tu as le profil parfait pour un road-trip mémorable aux Etats-Unis.

Quels sont les éléments à connaître avant de faire les démarches ?

Qu’est-ce qu’un sponsor ?

Tu entendras forcément parler du sponsor lorsque tu te lanceras dans les démarches. Ne vois pas le sponsor du visa comme celui qui équipe les tenues d’une équipe de football pour accroître sa visibilité.

C’est un organisme, une entreprise ou une association américaine qui permet à l’étudiant de valider son stage, son job d’été ou son Volontariat International en Entreprise et ainsi fouler le sol américain. C’est lui qui donne le droit de décrocher son visa.

Mais son rôle ne s’arrête pas là : le sponsor offre des garanties sur la qualité du stage et s’assure de son bon déroulement en veillant aussi bien sur l’étudiant que sur l’entreprise.

En outre, l’organisme peut répondre à chacune des demandes du résident temporaire, comme prolonger le stage. Sur place, il devient ainsi le point de repère de l’étudiant.

Que faire après avoir été déclaré « éligible » ?

Une fois que ton organisme de sponsoring valide ton éligibilité, il te transmet un précieux document avec lequel tu peux te rendre à l’Ambassade américaine basée à Paris. C’est le DS 2019, autrement nommé  « certificat d’éligibilité », qui prouve que le stage est conforme à la réglementation américaine. Il atteste et officialise le sponsoring.

Le DS 2019 devient ainsi la pièce maîtresse qui te permet de prendre rendez-vous auprès de l’institution diplomatique chargée de prendre la décision finale de ton départ. Il faut savoir que le refus de l’ambassade est de délivrer le visa est plutôt rare mais possible.

Chez Visa J1 nous sommes fiers d’avoir un taux de 100% d’acceptation à l’ambassade.

octobre 15, 2018

Le DS 7002 est un document administratif obligatoire pour pouvoir partir en stage aux États-Unis. Rempli et signé avec l’entreprise d’accueil et le sponsor, le formulaire équivaut à la convention de stage française classique. Explications.

Faire un stage aux USA avec le DS 7002

Pourquoi faire un stage aux États-Unis ?

Trouver un stage aux États-Unis est une opportunité unique pour découvrir l’immensité du pays à travers une expérience professionnelle. Le pays de l’Oncle Sam est, aux côtés du Royaume-Uni, du Canada ou de l’Australie, l’une des destinations anglophones privilégiées par les étudiants ou par les jeunes diplômés en quête d’aventure. Effectuer un stage dans une entreprise américaine est une manière d’augmenter ses chances de trouver un emploi en France au terme de ses études. C’est aussi une façon, pour les plus ambitieux, de démarrer une carrière à l’international.

Qu’est-ce que le DS 7002 ?

Réaliser un stage aux États-Unis requiert de l’organisation, notamment au niveau des démarches administratives. Un candidat à la recherche d’un stage outre-Atlantique entendra forcément parler d’un sponsor, du certificat d’éligibilité DS 2019 ou encore de visa J-1 durant ses démarches. Le DS 7002 fait partie de la liste des formulaires incontournables à remplir.

Il est plus communément appelé le « Training/Internship Placement Plan » par les autorités locales. Il s’agit d’un document officiel émanant du Département d’État américain.

Il faut savoir que les États-Unis ont une politique migratoire très stricte au niveau de la paperasse. Il est absolument nécessaire de remplir toutes les conditions pour vivre une expérience de quelques mois sur place. Le DS 7002 fait partie des papiers les plus importants de la procédure. A l’instar du certificat d’éligibilité DS 2019 (lire plus bas), ce formulaire est indispensable pour espérer fouler le sol américain et vivre l’expérience de l’American Dream le temps de quelques mois.

Un substitut à la convention de stage

Le DS 7002 fait office, en quelque sorte, d’une convention de stage classique. Les étudiants sont familiers avec ce genre de document, puisqu’ils doivent en signer une dès leur stage d’observation effectué au collège. Cette convention permet traditionnellement de cadrer les missions et les règles d’un stage. En France, l’entreprise, l’école et le stagiaire signent la convention de stage.

Comme pour un stage français, le document DS 7002 permet de valider un stage réalisé dans le pays de l’Oncle Sam. En outre, il détaille les différentes missions attribuées au candidat-stagiaire.

L’entreprise d’accueil remplit le document, qui est rédigé en anglais. Le futur stagiaire a un droit de regard sur le DS 7002, étant donné qu’il devra le signer, tout comme le sponsor. Il est recommandé de le relire attentivement avant de parapher sa signature au bas du document officiel. Cela évitera les possibles confusions et erreurs commises par l’entreprise qui pourraient altérer la bonne tenue du stage américain. L’étudiant ou le jeune diplômé peut tout à fait renvoyer le DS 7002 à l’entreprise afin qu’il soit le plus juste possible au regard du poste occupé.

Le formulaire DS 7002 à la loupe

Quelles sont les informations qui figurent sur le formulaire DS 7002 ?

  • Les informations relatives à l’entreprise, au sponsor et au stagiaire.
  • Les coordonnées du tuteur d’entreprise – appelé le supervisor (téléphone, e-mail et fax).
  • Les dates de début et de fin du stage.
  • Le nombre d’heures de stage effectuées par semaine dans l’entreprise.
  • L’indemnisation touchée par le candidat, uniquement dans le cadre d’un stage rémunéré.
  • La mention d’une assurance santé en cas d’accident du travail.
  • Les différents avantages en nature perçus par le stagiaire (logement, transports en commun, repas etc.).
  • Le descriptif des missions effectuées.
  • L’intérêt et les objectifs du stage.
  • Les connaissances et les compétences futures apprises par le stagiaire.

Le DS 7002 est rempli par l’entreprise d’accueil, à l’instar de la convention de stage, et signé conjointement par le tuteur de stage, l’organisme sponsor et le futur stagiaire.

Le DS 7002 avant le DS 2019

Le document administratif DS 7002 est complété par un document tout aussi important : le DS 2019. C’est un organisme de sponsoring qui délivre ce formulaire attestant la validité du stage aux États-Unis. Le sponsor remet ce certificat d’éligibilité, appelé le DS 2019. En fait, l’organisme agréé par le Département d’Etat américain est le seul à pouvoir contrôler les conditions d’admission d’un candidat-stagiaire aux États-Unis. Le sponsor vérifie ainsi que les missions du stage soient cohérentes avec le domaine de formation suivi par l’étudiant en France.

Dès lors que toute les conditions sont remplies, l’étudiant ou le jeune diplômé peut s’occuper de l’obtention de son visa. Pour un stage, le candidat devra demander un visa de type J-1, quels que soient la durée du séjour et son caractère rémunératoire. Le visa J-1 est, comme les autres permis demandés par les États-Unis, obligatoire pour entrer et séjourner dans le pays. Une agence spécialisée peut faciliter les démarches d’obtention du visa J-1. Attention, seule l’ambassade des États-Unis basée à Paris peut remettre ce fameux laissez-passer pour les États-Unis.

Afin de décrocher son visa, le stagiaire doit ainsi s’armer de son DS 7002 et de son DS 2019 au moment du rendez-vous auprès de l’établissement officiel.

Comment remplir le DS 7002 ?

Le formulaire comprend 5 pages au total, divisé en 4 sections différentes à compléter. Voyons voir en quoi consiste chaque section, et quelles informations seront exigées.

Section 1

Section 1 du DS 7002

La première section correspond aux informations générales concernant le stagiaire. Son nom, ses coordonnées, son sponsor, sa catégorie de programme, son expérience professionnelle, son secteur d’activité, son diplôme, et enfin les dates de stage.

Section 2

Section 2 du DS 7002

La deuxième section concerne les informations de l’organisme d’accueil. Le nom, les coordonnées, le site internet, mais aussi le numéro d’employé attribué au stagiaire, la rémunération financière et non-financière, le nombre d’employés full-time de l’entreprise, et enfin le revenu annuel.

Section 3

Section 3 du DS 7002

Dans cette troisième partie, le stagiaire doit confirmer qu’il a pris connaissance des termes du contrat et qu’il les accepte. Une signature en bas du document est nécessaire, avec la date du jour.

Puis le sponsor devra accepter les termes du contrat en signant à son tour, sans oublier de préciser le numéro du programme.

Section 4

La quatrième section concerne le déroulement des phases du stage. Pour chaque phase, si le stage se déroule dans différents départements, il faudra remplir toutes les informations sur la description des tâches, les objectifs spécifiques, et la liste des personnes responsables du stagiaire durant la phase spécifique. Il faudra également préciser si des activités culturelles seront proposées au stagiaire pendant son séjour aux Etats-Unis, les aptitudes qui lui seront transmises, et comment ces dernières seront mesurées. A la fin de la section, le superviseur devra signer pour assurer que le plan du stage sera bien suivi.

octobre 1, 2018
octobre 1, 2018

Le pays de l’oncle Sam est une destination idéale pour les étudiants à la recherche d’un stage à l’étranger. Les Etats-Unis offrent de multiples opportunités professionnelles pour débuter en fanfare une carrière à l’international. Pistes et astuces pour trouver un stage aux Etats-Unis.

Atteindre l’eldorado américain

Un renforcement des départs internationaux

De plus en plus de cursus universitaires exigent de leurs étudiants qu’ils partent quelques temps à l’étranger. Ce phénomène n’est pas nouveau. Il a toujours existé, notamment dans les domaines du business international ou de l’apprentissage des langues étrangères. Par exemple, depuis plus de trente ans, le programme Erasmus + invite les étudiants, les professeurs ou les formateurs à faire preuve de mobilité européenne. Mais, le stage à l’étranger s’est grandement renforcé ces dernières années. Comme les recruteurs, les étudiants sont de plus en plus demandeurs d’une expérience à l’international. Quel que soit leur domaine de formation puisqu’il est aujourd’hui possible de trouver un stage de blogueur à Santiago (Chili) ou de ressources humaines à Rabat (Maroc).

Les USA comme destination la plus choisie par les étudiants étrangers

Dans le panel de destinations toutes plus ou moins insolites, les Etats-Unis font figurent de modèles. D’après l’Unesco, le pays de l’oncle Sam est la première destination choisie par les étudiants qui souhaitent s’expatrier de manière temporaire. En effet, ils sont près de 38% à choisir le pays américain. Le Royaume-Uni (23%) et la France (15%) complètent le podium de l’exil étudiant. Le stage aux Etats-Unis a de quoi faire rêver les jeunes européens. La culture américaine est partout : des célèbres smartphones à la pomme en passant par les séries télévisées jusqu’aux fast-food. Si les Etats-Unis font rêver les touristes, c’est aussi le cas pour celles et ceux qui sont en recherche d’un dépaysement professionnel. Les Etats-Unis demeurent la terre où tout est possible. C’est la fameuse idée de l’American Dream qui signifie que n’importe qui peut devenir ce qu’il souhaite, quelque soit son appartenance sociale, ethnique ou religieuse.

Stage aux Etats-Unis : quelles sont les opportunités ?

Les opportunités dans le pays de l’oncle Sam son nombreuses. Les domaines d’activités sont très larges pour effectuer un stage aux Etats-Unis. Il peut s’agir des secteurs du marketing, de la vente ou encore du tourisme implantés dans toutes les grandes villes américaines. Parmi ces dernières, certaines ont des spécificités. C’est le cas de New-York où règne les empires de la mode et de la finance. Les quelques 35 198 Français inscrits au registre des expatriés new-yorkais sont 20% à travailler dans ce secteur-clé de l’économie de la Big Apple.

Dans quelle ville américaine y a-t-il le plus de français ?
San Francisco est une ville américaine attirant beaucoup de français tout comme Los Angeles.

A l’Ouest, Los Angeles est l’une des villes prisées par les expatriés. Celle-ci se démarque par la prédominance du secteur cinématographique. Avec Hollywood, la cité des Anges est même devenue l’épicentre du septième art américain et international. Plus au sud de Los Angeles, c’est San Francisco qui est la terre idéale pour la fameuse « fuite des cerveaux » qu’elle engendre.

La Silicon Valley se trouve au sud de la City by the Bay. Ce technopole accueille les plus grandes firmes internationales qui se sont fait un nom grâce aux technologies de pointe. Souvent cité en exemple, le campus Googleplex du célèbre moteur de recherche est reconnu pour son espace de travail pionnier en termes d’ambiance décontractée. Nombreux sont les ingénieurs, les informaticiens ou les chercheurs à toucher du doigt l’eldorado promis par le continent américain.

Passer par une agence spécialisée

La demande du visa J-1 n’est qu’un morceau dans le processus pour atteindre le rêve américain. Le papier administratif permettant de voyager et de séjourner outre-Atlantique est d’ailleurs l’une des étapes finales. Pour espérer fouler les terres américaines, il est d’abord nécessaire de trouver un stage aux Etats-Unis de plusieurs mois dans une entreprise. La plupart du temps, un stage américain dépasse la période des trois mois. Certains peuvent durer plus d’un an, voire près de dix-huit mois. Le marketing, la communication, l’administration, les ressources humaines ou la finance font partie des domaines les plus pourvoyeurs de stage outre-Atlantique. Le stage aux Etats-Unis se situe essentiellement dans les grandes villes : New-York, Los Angeles, San Francisco, Chicago et Miami. Pour décrocher son visa J-1, il est obligatoire de faire son stage dans le domaine de formation suivi à la faculté. Il est donc recommandé aux étudiants de chercher un stage aux Etats-Unis d’abord en fonction du secteur appris à l’école.

Le stage aux Etats-Unis n’est pas aussi répandu qu’en France. En effet, il n’est pas courant pour un étudiant américain de réaliser un stage sur ses terres. En tout cas, les cursus universitaires classiques ne l’imposent pas. Il s’agit bien souvent d’une option jugée attrayante pour découvrir le monde de l’entreprise. Par ailleurs, puisque le stage n’est pas courant, la législation américaine ne légifère pas ou peu sur ce qui est appelé les « internships ». Des entreprises américaines et internationales ont donc recours à des étudiants du monde entier. Des organismes ont compris l’intérêt de l’expatriation américaine. Certaines se sont d’ailleurs spécialisées dans la recherche de stages pour les étudiants. La plupart est présente sur Internet, correspondant donc aux besoins numériques des jeunes générations. Pour faire comme les 163 000 Français qui vivent aux Etats-Unis, il est utile de se tourner vers ces organismes. Certains ont même une base de données actualisée des offres de stage en cours.

Les avantages de privilégier des organismes spécialistes du stage aux Etats-Unis :

  • Trouver rapidement un stage adapté au besoin de l’étudiant.
  • Profiter d’une sélection d’entreprises d’accueil sérieuses.
  • Tester son éligibilité auprès d’un conseiller spécialisé.
  • Faciliter les démarches pour l’obtention d’un logement ou pour la souscription à une assurance.
  • Être suivi tout au long du stage par l’organisme qui s’assure de son bon déroulement.
septembre 18, 2018

S’envoler pour un stage ou pour un job d’été aux Etats-Unis impose d’avoir avoir des documents en sa possession. Qu’ils soient exigés à la douane ou dans la vie de tous les jours, ces papiers sont nécessaires pour vivre un séjour réussi. Liste des documents à n’oublier sous aucun prétexte dans sa valise.

Tu viens de décrocher ton stage ou ton job d’été à Miami, à San Francisco, à New York ou à Los Angeles ? Avant l’excitant départ qui t’attend, tu dois préparer tes affaires. Dans cette situation redoutée, il est nécessaire d’être rigoureux. L’objectif est de ne rien oublier. Et, les vêtements ne sont pas les seuls affaires à mettre dans la valise d’un futur stagiaire ou saisonnier. Des documents, très divers, te seront exigés pour assurer ton voyage dans le pays de l’oncle Sam. Ce dernier a par ailleurs durci ses conditions d’entrée et de séjour. Le décret pris par le président Donald Trump le 27 janvier 2017 vise, en effet, à restreindre l’accès du pays aux ressortissants de sept pays (Syrie, Iran, Soudan, Libye, Somalie, Yémen et Irak). En cas de doute sur la situation migratoire des Etats-Unis, le gouvernement français recommande de s’adresser à l’ambassade américaine implantée à Paris.

Les papiers d’identité

La carte d’identité et le passeport sont inoubliables avant d’entamer un séjour de plusieurs mois à l’étranger. Ils permettent de justifier son identité auprès des autorités américaines compétentes. Une fois sur place, la carte d’identité peut être demandée pour la constitution de dossiers administratifs divers comme une potentielle embauche après le stage. Le passeport, lui, est un document de voyage où figurent le nom, la date, le lieu de naissance et la signature de son possesseur. Depuis 2009, le passeport électronique a laissé sa place au passeport biométrique doté de deux empreintes digitales du voyageur. A durée d’expiration limitée dans le temps, le passeport (10 ans) et la carte d’identité (15 ans) doivent être valides au moment du départ. Les démarches pour une première demande ou pour un renouvellement doivent se faire en mairie. Un mineur non-accompagné par ses parents aura besoin d’une autorisation de sortie du territoire signé par l’un de ses tuteurs légaux. Ces documents doivent être bien rangés dans un portefeuille ou dans un bagage à main.

Le Visa J-1 Intern, Trainee ou Work and Travel

Le visa est un document obligatoire pour entrer et séjourner aux Etats-Unis. Il en existe près d’une centaine qui s’adresse à des publics très variés : touristes, journalistes, voyages diplomatiques ou d’affaires. Dans le cadre d’un stage d’étude ou d’un emploi saisonnier aux Etats-Unis, c’est le visa J-1 qui sera le plus adéquat. En effet, il s’adresse particulièrement aux étudiants et aux jeunes diplômés. Il en existe trois sortes : Intern, Trainee et Work and Travel. Le visa est à demander auprès de l’ambassade des Etats-Unis, seulement une fois le stage validé par le sponsor et le document d’éligibilité DS 2019 transmis par le même organisme. Les risques de voyager sans visa sont beaucoup trop importants pour oublier de mettre son visa J-1 dans ses bagages. En effet, l’administration américaine peut exiger un renvoi immédiat pour celui qui ne détient pas son visa.

Les billets d’avion

Personne ne se risquerait à omettre ses réservations de vol au moment d’embarquer ? Et pourtant, des étourderies arrivent fréquemment. Les conséquences sont trop nombreuses pour faire l’impasse dessus. Imagine : il faudrait acheter un billet d’avion en urgence, et donc engager des frais supplémentaires malvenus. Ou bien reporter son séjour et le début de son stage. Dès la réservation faîte, il faut ranger ses billets d’avion avec soin jusqu’au moment du départ. Vérifier les dates d’aller et de retour, les horaires et les aéroports desservis est essentiel avant d’imprimer ses réservations. Pour optimiser au mieux le coût du départ, il existe des conseils. Comme celui de commander ses billets longtemps en avance.

Les cartes bleues classiques Visa ou MasterCard fonctionnent aux Etats-Unis. Attention à veiller au plafond de paiement et de retrait auprès d’un conseiller bancaire.

Le DS 7002, ou la convention de stage

Ce document est étroitement lié avec le certificat d’éligibilité, appelé DS 2019, qui valide la tenue d’un stage. Le système américain diffère de l’organisation française. En effet, les Etats-Unis ne fonctionnent pas avec une convention de stage. Son remplaçant administratif est le DS 7002. C’est à l’entreprise d’accueil de remplir ce document obligatoire qui comprend les détails du stage : dates de début et de fin, les missions exercées dans l’entreprise, le volume horaire hebdomadaire et le montant de l’indemnisation en cas de stage rémunéré.

L’assurance voyage

Pour pallier le moindre imprévu sanitaire, une assurance voyage est nécessaire. Celle-ci permet de couvrir les frais médicaux qui, aux Etats-Unis, peuvent être exorbitants. En effet, le pays de l’oncle Sam est champion du monde des tarifs pratiqués de santé. Par exemple, les hospitalisations peuvent se chiffrer en milliers d’euros. AXA, April, Smeno, Allianz, Chapka Assurances, plusieurs organismes proposent une assurance voyage. Il n’est pas simple de se retrouver au milieu de toutes les offres. Pour s’assurer au mieux, il est recommandé de prévoir des options liées au rapatriement sanitaire, aux frais médicaux et d’hospitalisation et à la responsabilité civile en cas de dommage créé à un tiers. Il est, par ailleurs, conseillé de voir son médecin dans l’objectif de faire un point sur son état de santé.

La carte bancaire aux Etats-Unis

Tu ne pourras pas assurer ton séjour sans moyen de paiement aux Etats-Unis. Rassure-toi :  les cartes bancaires classiques de type Visa et MasterCard sont valables outre-Atlantique. En revanche, avant le départ, il faut penser à vérifier les plafonds de paiement et de retrait afin notamment de couvrir des frais médicaux. Certaines cartes bleues requièrent également une activation pour fonctionner sur un plan international. N’hésite pas à passer auprès de ton conseiller pour faire un point sur les options à l’étranger de ton compte. Des banques prélèvent aussi une commission sur chaque règlement effectué. Pense alors à ne pas trop utiliser ta carte bleue pour des petites sommes.

Le permis de conduire internationale

Le futur stagiaire ou saisonnier doit embarquer avec soi son permis de conduire. Même dans le cadre d’un lieu de travail bien desservi par les transports en commun à proximité du logement. De plus, le permis est parfois demandé dans les annonces pour effectuer des missions à extérieur. On voit surtout cette condition dans le cadre d’un stage à vocation marketing ou commercial.  Mais, le permis français ne sera valide sur le sol américain que pour un séjour de moins de trois mois. En cas de voyage excédant les 90 jours, il sera demandé un permis de conduire international. La démarche – de surcroît gratuite – pour l’obtenir se fait en préfecture.

Pour optimiser au mieux son séjour aux Etats-Unis, nous te conseillons d’embarquer avec toi les versions papier et numérique, sur une clé USB ou à l’aide d’un cloud, de ces différents documents. Tu pourras ainsi les imprimer à n’importe quel moment de ton séjour.

On est en ligne